S02E10 - Trajan, l'empereur du monde

01/05/2024

Quand l'empire fut le plus grand.

Le règne des Antonins à commencé. Nous sommes à l'aube de la période des bons empereurs que sont Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux et Marc-Aurèle. Au début de cette ère, c'est la chute de Domitien, le dernier représentant de la dynastie des Flaviens. Son assassinat permet au Sénat de reprendre la main et de désigner Nerva empereur. Méconnu, l'on pourrait croire que le règne ne Nerva ne fut qu'une transition. Pourtant, le destin de l'Empire aurait pu basculer vers une toute autre perspective. Vieillissant, à la tête d'un empire instable, Nerva est hésitant. Pourtant, il finit par adopter Trajan, gouverneur de Germanie d'origine hispanique. C'est le début d'une nouvelle ère. Fait César, puis imperator, Trajan règne de 98 à 117 de notre ère.

Il consolide les frontières avec le Danube en mettant fin à la menace Dace. Il réorganise l'Empire et le contrôle sur les Provinces, mais il va encore plus loin : en Arabie et en Perse, ou malgré des victoires timides, il obtient, pour la première fois de l'histoire de Rome le titre de PARTHICUS : le vainqueur des Parthes, terrible empire rival de Rome ! Trajan est à la tête du plus grand empire que Rome ait connu. Caput Mundi, Caput Imperi.

Partie 1 : Nerva (01/05/2024)

Partie 2 : OPTIMUS PRINCEPS (22/05/2024)

Partie 3 : Trajan, Rome et l'Empire (prévu le 05/06/2024)

Partie 3 à venir

Nerva (96-98)

Marcus Cocceius Nerva, est né le 8 novembre 30 à Narni, en Italie. Il succède à Domitien après son assassinat en septembre 96.

Nerva venait d'une famille sénatoriale respectée et avait une carrière politique distinguée avant de devenir empereur. Il avait servi comme consul à deux reprises, en 71 et en 90, et avait gagné la confiance de Vespasien et de Titus.

Nerva était voulait restaurer la dignité et l'efficacité du gouvernement romain après les années de tyrannie de Domitien. Il adopta une politique modération, cherchant à stabiliser l'Empire et à restaurer la confiance entre l'empereur et le Sénat en faisant la promesse de n'exécuter aucun sénateur. Cependant, son règne fut marqué par des tensions avec la garde prétorienne, qui craignait une perte de pouvoir et de privilèges.

Nerva mourut semble-t-il de causes naturelles le 27 janvier 98 après quinze mois de règne peu de temps après l'adoption de Trajan. Il est souvent crédité pour avoir posé les bases de l'âge d'or des Cinq bons empereurs. Son adoption de Trajan est considérée comme l'un de ses choix les plus judicieux.


Deux prétendants

Marcus Cornelius Nigrinus

Marcus Cornelius Nigrinus était un sénateur et général romain originaire de Liria en Hispania Tarraconaise. Il débute sa carrière sous Vespasien et devient consul suffect en 83. Gouverneur de Mésie inférieure entre 86 et 89, il participe aux guerres daciques sous Domitien et reçoit de nombreuses distinctions militaires. Plus tard, il est gouverneur de Syrie de 93 à 97, commandant l'armée la plus puissante de l'Empire. Nerva, se trouvant dans une position précaire, il chercha à stabiliser l'Empire après la chute de Domitien en adoptant un successeur, Nigrinus est proposé comme successeur potentiel de Nerva par des sénateur, il est finalement écarté au profit de Trajan, qui lui retire son gouvernorat. Nigrinus se retire alors dans sa région natale où il finit ses jours.

Trajan

Marcus Ulpius Traianus est né le 18 septembre 53, il est originaire d'une famille italienne établie dans la province romaine de Bétique, située dans l'actuelle Espagne. Son père, également nommé Marcus Ulpius Traianus, a joué un rôle militaire et politique important, atteignant le rang de sénateur et de gouverneur.

Trajan a rapidement gravi les échelons militaires grâce à ses compétences et à son sens stratégique, ce qui lui a valu le respect et la reconnaissance de ses supérieurs. Il a notamment servi en tant que légat en Germanie et s'est distingué par sa bravoure et son efficacité.

Nerva, finalement reconnaissant les qualités de Trajan et conscient de la nécessité d'assurer une transition pacifique et sécurisée, l'adopte en 97, le désignant ainsi comme son successeur.


TRAIANUS OPTIMUS PRINCEPS (Le très bon prince)

En référence à Jupiter (Optimus Maximus / Très bon et très grand), le Sénat accorde à Trajan le titre inédit d'OPTIMUS, le Très Bon dès l'anné 100, même s'il ne l'adoptera que plus tard dans sa titulature, ce titre ne devient officiel qu'en 115. Plus tard, l'on souhaitera aux empereurs d'être plus heureux qu'Auguste et meilleur que Trajan !

Extrait de Kaamelott, livre VI

Le Panégyrique, l'héritage de la perception de Trajan

Définition du CNRTL : Discours d'apparat prononcé devant le peuple lors des grandes fêtes religieuses, exaltant la gloire nationale et vantant les avantages de telle ou telle entreprise ou voie politique.

Pline le jeune : 

Pline le Jeune, est né en 61 ou 62, à Côme, en Italie. Issu d'une famille aisée, il fut le neveu et le fils adoptif de Pline l'Ancien, écrivain et naturaliste.

Pline le Jeune fut un avocat, un auteur et un magistrat romain, connu principalement pour ses lettres détaillées qui offrent un aperçu de la vie et de la politique sous le règne de Trajan. Ses lettres couvrent une variété de sujets, allant des affaires personnelles aux questions administratives et politiques. Parmi ses correspondances les plus célèbres, on trouve celles adressées à l'empereur Trajan, qui documentent ses actions en tant que gouverneur de la province de Bithynie-Pont.

Pline le Jeune occupa plusieurs postes importants tout au long de sa carrière, y compris ceux de questeur, préteur et consul. En 100, il prononça un célèbre discours, le Panégyrique de Trajan, pour célébrer l'accession de Trajan au pouvoir.


LXXXVII- Il convenait à un prince citoyen, au père de la patrie, de n'imposer aucune contrainte, et de se souvenir toujours qu'on ne peut donner à qui que ce soit un pouvoir si grand, que la douceur de la liberté ne soit plus grande encore. Vous êtes digne, César, de confier les emplois à qui désire les quitter ; d'accorder, avec regret sans doute, mais d'accorder pourtant, la retraite à qui la demande ; de ne pas vous croire abandonné d'un ami, parce qu'il implore de vous le repos ; enfin de trouver toujours des hommes à enlever et à rendre à la vie privée. Et vous aussi, vous, que notre père commun daigne honorer de ses regards familiers, entretenez religieusement la bonne opinion qu'il a prise de vous ; cette tâche est la vôtre ; car le prince ayant une fois prouvé qu'il sait beaucoup aimer, il est exempt de reproche envers ceux qu'il n'aimerait pas autant. Quant à lui, qui pourrait le chérir médiocrement, lorsque en amitié, au lieu de prescrire des lois, il en reçoit ? L'un veut être aimé présent, l'autre absent : que chacun d'eux soit aimé comme il le préfère ! ni la présence n'attirera le dégoût du prince, ni l'absence son oubli. On garde auprès de lui la place qu'on a une fois méritée ; et ses yeux oublieraient plutôt les traits d'un absent, que son coeur ne cesserait de l'aimer.

TRAIANUS DACIUS (le vainqueur des Daces)

La colonne Trajane, située sur le forum de Trajan à Rome, est une colonne triomphale de 40 mètres de haut, construite entre 107 et 113, dont les plans sont attribués à l'architecte Apollodore de Damas. Elle célèbre les victoires de l'empereur Trajan sur les Daces lors des guerres daciques (101-102 et 105-106). Ornée d'un bas-relief en spirale détaillant ces guerres, elle compte 155 scènes et 2 662 personnages. En 1587, la statue de Trajan est remplacée par celle de saint Pierre. La colonne faisait partie intégrante du forum de Trajan, érigée après d'importants travaux d'excavation. Elle pourrait aussi être un monument expiatoire pour compenser la modification du paysage sacré romain (la hauteur de la colonne correspondrait à la hauteur de l'ancienne colline). Après la mort de Trajan en 117, ses cendres et celles de son épouse Plotine sont placées dans la base de la colonne, la transformant en monument funéraire, conforme à des pratiques funéraires républicaines.

MatthiasKabel — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Décébale

Décébale, était le roi des Daces, un peuple vivant dans l'actuelle Roumanie. Il est surtout connu pour ses affrontements avec l'Empire romain sous les empereurs Domitien et Trajan.

Décébale, devint roi des Daces vers 87. Son règne est marqué par ses efforts pour renforcer et unifier les tributs locales , ainsi que par sa résistance à l'expansion romaine.

Sous le règne de l'empereur Domitien (81-96), les Daces menèrent plusieurs raids contre les provinces romaines de la région. En 85, les Daces envahirent la province de Mésie. Domitien envoya plusieurs légions pour contrer l'invasion, mais les Daces infligèrent des défaites significatives aux forces romaines. En 89, Domitien fut contraint de conclure une paix humiliante avec Décébale.

La paix avec Rome ne dura pas longtemps. Quand Trajan devint empereur en 98, il entreprit de mettre fin à la menace dacique de manière définitive. Trajan lança deux grandes campagnes militaires contre les Daces, connues sous le nom de guerres daciques. La première guerre, menée entre 101 et 102, se solda par une victoire romaine partielle et un traité de paix qui imposait des conditions lourdes à Décébale. Cependant, Décébale ne respecta pas les termes de ce traité et continua à se préparer pour de futures hostilités.

La seconde guerre dacique (105-106) fut décisive. Trajan envahit à nouveau la Dacie et après une série de batailles sanglantes, il réussit à capturer la capitale dacique, Sarmizegetusa. Décébale, voyant que la défaite était inévitable, se suicida en 106 pour éviter la capture par les Romains.

Après la mort de Décébale, la Dacie fut annexée et devint une province romaine. La victoire de Trajan fut commémorée par la construction de la colonne Trajane à Rome, qui représente en détail les campagnes daciques et les batailles contre Décébale.

Décébale est vénéré en tant que héros national en Roumanie, symbolisant la résistance et la bravoure face à l'invasion étrangère. 

Le suicide de Décébale sur la colonne Trajane. Par Harpeam — Travail personnel, CC BY-SA 3.0


Apollodore de Damas

Apollodore de Damas, né entre 50 et 65. à Damas sous les Arabes nabatéens, est un célèbre architecte, ingénieur et sculpteur. Proche de l'empereur Trajan, il est l'esprit derrière plusieurs de ses grandes réalisations, dont le pont de Trajan sur le Danube (103-105) et le forum de Trajan à Rome. Apollodore a accompagné Trajan dans ses campagnes militaires, utilisant ses compétences pour faciliter les avancées des troupes.

Le pont de Trajan, construit sur le Danube entre 103 et 105, est une œuvre d'ingénierie majeure. Ce pont, admiré pour ses vingt piles en pierre et ses arches, était essentiel pour les campagnes de Trajan contre les Daces.

Buste présumé d'Apollodore de Damas datant de 130/140, Glyptothèque de Munich. Par Gun Powder Ma — Travail personnel, CC BY-SA 3.0.

Le forum de Trajan, conçu et supervisé par Apollodore entre 107 et 113, est un complexe monumental à Rome comprenant une basilique (basilique Ulpia), des bibliothèques et la colonne Trajane.

Les thermes de Trajan, sont un autre chef-d'œuvre attribué à Apollodore. Ces bains publics comprenaient des espaces pour l'exercice physique, des activités culturelles avec deux bibliothèques, et des zones de loisirs. Une partie de l'édifice reposait sur la Domus Aurea de Néron, en partie enfouie sous les nouvelles constructions.

En outre, Apollodore a construit un odéon ou un édifice destiné à des événements musicaux, bien que cet ouvrage n'ait laissé aucune trace identifiable. Sa contribution à l'architecture romaine est immense, notamment l'introduction des dômes comme élément standard. 

Apollodore est également l'auteur de traités sur les techniques de siège militaire, démontrant son expertise en ingénierie et en poliorcétique.


L'Empire romain à son apogée sous Trajan

Par Tataryn77 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0


Bibliographie

Sources

Pline le Jeune, Lettres, (Panégyrique de Trajan vol.1 à 4)

Juvénal, Satires

Dion Cassius, Histoire romaine. LXVIII

Aurélius Victor, Les Césars

Ouvrages généraux

Catherine Virlouvet (dir.), Rome, cité universelle : De César à Caracalla 70 av J.-C.-212 apr. J.-C., Belin, 2018.

Jean-Pierre Martin, « Le Haut-Empire », dans M. Cébeillac-Gervasoni, Jean-Pierre Martin et A. Chauvot, Histoire romaine, Paris, Armand Colin, coll. « U Histoire », 2006, 471 p

Sur la période 

J.-P. Martin, Le siècle des Antonins, PUF, 1977

Cl. Briand-Ponsart, F. Hurlet, L'Empire romain d'Auguste à Domitien, Armand Collin,2010.

L. Homo, Le siècle d'or de l'Empire romain : les Antonins (96-192 apr. J.-C.), Fayard, 1969.

E Cizek, L'époque de Trajan : circonstances politiques et problème idéologiques, Les Belles Lettres, 1983.

A. S. Stefan, Les guerres daciques de Domitien à Trajan, Ecole française de Rome, 2005.

Françoise Des Boscs-Plateaux, Un parti hispanique à Rome ? Ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d'Auguste à Hadrien (27 av. J-C - 138 ap. J-C), Madrid, Casa de Velazquez, 2006.

Olivier Devillers (Ed.), Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy. Bordeaux, Ausonius, 2015.

William Lloyd MacDonald, The Architecture of the Roman Empire : an introductory study, vol. 1, Yale University Press, 1982

Sur Nerva 

J. Granger, Nerva and the Romain succession crisis of AD 96-99, Routledge, 2002

Marie-Michelle Pagé, « La politique socio-agraire de l'empereur Nerva (96-98) », Mélanges de l'École française de Rome, t. 121, no 1 Antiquité,‎ 2009.

Sur Trajan

Christophe Burgeon, Trajan. L'empereur soldat, Perrin, 2019.

Julian Bennett, Trajan. Optimus Princeps. A Life And Times, Londres, Routledge, 2001, 2e éd. (1re éd. 1997)

Martin Galinier, « Le principat de Trajan : entre Imperium et Libertas », Rives méditerranéennes, 58, 2019, 41-63.

Galinier Martin. La Colonne Trajane : Lisibilité, Structures et Idéologie. In: Pallas, 44, 1996. L'antiquité à la page. pp. 159-202.

Martin Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux, Rome, Publications de l'École française de Rome, 2007.

Georges Depeyrot, Légions romaines en campagne : La colonne Trajane, Paris, Errance, 2008


C'est ici que se termine la saison 2 de Caput Mundi ! 

Merci à toutes et à tous d'avoir rejoint l'aventure Caput Mundi, j'ai hâte de vous retrouver pour la saison 3 !

Vous pensez avoir raté quelques choses ? Retrouvez l'intégrale de la saison ci-dessous !

Au programme, les guerres civiles entre Octavien, Marc-Anoine, Brutus etc. Cléopâtre, reine d'Egypte, la fondation du Principat, l'incendie de Rome par Néron, la naissance du Christianisme... jusqu'au règne de Trajan !